Le théâtre est un lieu où chacun, quelque soit ses convictions, ses croyances ou son appartenance sociale, communautaire ou politique, peut, l’espace d’une heure ou deux, partager avec l’autre, avec celui qui ne lui ressemblerait pas, des émotions semblables, rire, pleurer, s’offusquer ou se soulager de la condition humaine dans tout ce qu’elle a de difficile et joyeuse, complexe et tourmentée, remplie de haine ou d’amour.

Notre travail, nous le faisons honnêtement mais sans complaisance.
Notre lieu n’est pas seulement un endroit, il est aussi le reflet de ce que nous sommes, de notre éthique et de notre honneur, nous l’avons construit de nos mains, jour après jour, dans nos démarches artistiques et de vie en commun, de l’accueil que nous offrons (contre un peu d’argent il est vrai), sans se soucier de qui va venir nous voir, en espérant (un peu naïvement il est vrai) que la manière dont nous abordons les sujets et les auteurs que nous choisissons apaise un peu le cœur de nos contemporains et que, autour d’un verre, il soit possible d’en débattre simplement.

Nous ne vérifions pas la véracité des demandes de tarif réduit, nous faisons confiance aux gens. Nous ne sommes pas non plus tentés par l’intrusion dans la vie privée d’autrui, dans ce qu’on peut nommer le secret médical, ni par la surveillance généralisée des uns par les autres, ni par la fraction du pays.

Le pass sanitaire est une atteinte à notre liberté fondamentale gagnée de haute lutte par nos aïeux, d’aller et venir dans l’anonymat de notre vie privée, il est aussi porteur d’une idée désespérante pour l’avenir de nos enfants…

Nous ouvrirons notre salle à tous ceux qui voudront bien en pousser la porte, nous ne contrôlerons pas le pass sanitaire, et nous attendrons aussi petits que nous sommes…debout…

#Bienvenueici
#Contrôlernestpasnotremétier

Did you like this? Share it!

0 comments on “

Leave Comment